Ehpad, des pensionnaires parlent à des robots

robotparo

Lancement d’une étude sur Paro, le robot phoque qui aide les malades d’Alzheimer. Le robot Paro est testé en ce moment à la résidence Bellevue, à Saint-Étienne.

Pour la première fois en France, une étude de grande envergure est menée sur l’intérêt du robot thérapeutique Paro auprès des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle a commencé en septembre dans onze Ehpad de Loire et Haute-Loire, et va durer 18 mois.

En apparence, c’est un gros phoque blanc en peluche. Mais, Paro, c’est le nom de cet animal de 2,5 kilos, est un peu plus qu’un jouet. Il est doté d’une intelligence artificielle, de treize capteurs et de trois micros qui lui permettent d’interagir avec ceux qui le manipulent.

Un outil thérapeutique à 6400 euros

Ce robot, créé en 1993 au Japon, est utilisé aujourd’hui comme outil thérapeutique dans onze Ehpad de la Mutualité française, dans la Loire et la Haute-Loire. Mais, jusqu’ici aucune recherche de grande ampleur n’a été menée sur les effets à long terme de Paro sur les résidents atteints de maladies neurodégénératives de type Alzheimer .

Ce qui a poussé la Mutualité française à conduire une étude scientifique jusqu’au printemps 2018 dans ses 11 établissements de Loire et de Haute-Loire pour personnes dépendantes. L’objectif est simple : étudier l’impact du robot sur les personnes âgées, et voir si au-delà de l’effet nouveauté, investir 6 400 euros sur cette machine est vraiment utile.

Pour beaucoup de professionnels de santé, la réponse est oui. Paro apporte déjà beaucoup d’un point de vue social et médical.

Bon pour la communication et la gestion de la douleur

En deux mois d’utilisation, Annie Fernandes, aide-soignante à la résidence Bellevue de Saint-Étienne, a vu certains comportements changer. Comme chez Emma, cette résidente de plus de 90 ans, malentendante et « qui avait tendance à s’isoler dans son coin ». Depuis l’arrivée du robot, « ça la réveille, ça la remet en contact avec le monde qui l’entoure ». « Dès qu’elle l’a, elle communique beaucoup avec nous et les autres résidents. »

« Certaines personnes s’apaisent avec Paro », [dit] Fabienne Parssegny, docteur de la résidence Bellevue.

Mais Paro est aussi utile pour la gestion de la douleur. « On avait une dame qui était très douloureuse, en fin de vie », explique le docteur Marie-Christine Diana. « Et avec Paro, elle était vraiment calme, apaisée. Elle parlait à Paro, le caressait et ne pensait plus à sa douleur. »

Refus de parler à un robot

Un succès qui a tout de même quelques limites. Sur les 14 résidents de l’Ehpad Bellevue avec qui le robot est testé, deux femmes refusent de participer. La première, parce qu’elle a peur de Paro. La seconde, elle, « sait très bien que ce n’est pas un être humain », raconte Annie Fernandes. « Elle est au-dessus de ça, et du coup elle ne veut pas s’amuser avec lui, et parler avec un robot. »

§

Par : Louis Belenfant de France Bleu Saint-Étienne Loire
Lundi : 21 novembre 2016 à 18:08
Source article  : France Bleu
Source vidéo : LeParisienTV
Mise en page et commentaires : Lio de France / Dollsexy / 05.03.17

Publicités

Concert de string par Andrew Huang

DOUBLE GENRE

HuangString

Aujourd’hui nous allons vous proposer un sujet des plus abracadabrantesque, comme aimait à l’articuler à la quasi perfection notre ancien président Jaques Chirac :  soit appréhender l’un des aspects les plus insoupçonnés de la féminité propre aux transgenres, travestis et aussi aux artistes qui, sans forcément appartenir à cette mouvance, en ont une même perception aigüe … ou grave, mais vous allez mieux entendre cette nuance dans quelques instants.

Déjà, retenez un nom : Andrew Huang ! ce jeune musicien est bien connu pour son brio et son jeu puissant à la guitare basse et électrique, mais il est aussi un – et peut-être même le seul – virtuose au monde du … string en dentelle, qu’il sait faire vibrer mieux que quiconque.

Les travestis (MtF) quant à eux, apprennent rapidement tout ce que l’on peut tirer de ce petit accessoire de la lingerie féminine : l’importance qu’il revêt pour…

View original post 354 mots de plus